Place au jury | Bédélys étranger

FBDM

Place au jury | Bédélys étranger

Le prix Bédélys étranger met en valeur les bandes dessinées provenant des quatre coins du monde.

Cette catégorie qui permet de porter un regard critique sur les meilleures œuvres internationales comprend des bandes dessinées qui doivent être disponibles en français au Québec, et ce incluant les traductions. 

Le jury composé de bibliothécaires, de libraires, d’enseignant·e·s et d’autres professionnel·le·s du livre, vous dévoile pourquoi ce sont ces 10 BD qui ont été retenues parmi un vaste choix.

Anais Nin : Sur la mer des mensonges

De Léonie Bischoff, publiée chez Casterman

Dans cette biographie romancée d’Anaïs Nin, Léonie Bischoff raconte les jeunes années de l’écrivaine célébrée, entre autres, pour ses journaux intimes publiés. Explorant sans ambages le désir et la jouissance au féminin, allant même jusqu’à l’écriture du tabou de l’inceste et des désirs conflictuels qui y sont liés, Anaïs Nin a dévoilé la complexité de sa propre sexualité. Dans son excellent album, Léonie Bischoff retrace les premières années de l’écrivaine qui seront déterminantes pour son œuvre : ses années de jeune épouse à Paris, sa rencontre avec Henry Miller, sa découverte de la psychanalyse. Léonie Bischoff montre avec brio l’enchevêtrement de l’œuvre et de la vie d’Anaïs Nin, enchevêtrement tributaire de la position de la femme et de l’écrivaine dans la société où elle évolue.

Mettant à profit un dessin au trait multicolore comme pour attester des ramifications complexes du désir, Léonie Bischoff offre un portrait nuancé de l’écrivaine iconoclaste notamment grâce à un vocabulaire graphique qui explore, à l’image d’Anaïs Nin, une sexualité fluide, assumée et cherchant à se défaire, à tout prix, des carcans. L’album rend ainsi un vibrant hommage à l’écrivaine qui a fait de l’intimité le terrain de l’écriture, et de l’écriture, une vie.

Carbone & Silicium

De Mathieu Bablet, publiée chez Ankama

Carbone et Silicium est le fruit de quatre années de travail pour Mathieu Bablet. Il nous livre ainsi un récit de science-fiction dystopique volumineux, échelonné sur trois cents ans. Dès les premières planches, le trait de Bablet nous plonge dans un univers futuriste, mais ancré dans des préoccupations contemporaines.

L’histoire prend place en 2046, à la naissance de nos deux protagonistes, les robots Carbone et Silicium. Alors que la population vit de plus en plus longtemps et que le personnel soignant est en pénurie, la Tomorrow Foundation crée des robots munis d’intelligence artificielle. La seule ombre au tableau pour Carbone et Silicium : on programme leur obsolescence au bout de quinze années. Les deux robots seront séparés dans une tentative d’évasion ratée en Inde, menant à une bande dessinée ponctuée des différents moments où les deux robots se recroiseront au fil du temps.

À travers les protagonistes, Bablet fait s’entrechoquer deux visions de la vie, s’interrogeant sur des sujets moraux et philosophiques. L’un sera attaché à son corps, cherchant à le réparer et le garder en bon état, tandis que l’autre réapparaitra dans de nouveaux avatars, à chaque nouvelle génération technologique. En parallèle de cette histoire, les progrès de la société et la crise écologique vont affecter toute la population et changer la face même de la Terre. Ce récit universel réussit à connecter et émouvoir ses lecteurs par son humanité et ses enjeux qui touchent notre époque. Complémentaire à son histoire, le dessin de Bablet est riche et inspirant, proposant des décors à couper le souffle.

Clyde Fans

De Seth, publiée chez Delcourt

Chef d’œuvre de Seth, un des plus grands bédéistes canadiens contemporains, Clyde Fans (2020) est l’intégrale de deux œuvres antérieures maintenant traduites. La bande dessinée raconte les aléas d’une entreprise de ventilateurs de Toronto, la compagnie Clyde Fans. Au cœur du récit, le portrait de Simon et Abraham (Abe) Matchcard, qui ont repris l’entreprise de leur père, Clyde. En filigrane, l’éloge d’une époque révolue et les mémoires d’Abe, qui raconte ses bons et ses mauvais coups, surtout ses mauvais, alors qu’il arrive à l’heure des bilans. 

Abe raconte aussi la vie de Simon et l’impossible relation affective des deux frères, de leurs trajectoires émotives qui, après un contact initial, se sont éloignées pour ne plus se recroiser. La narration, au rythme très lent (trop pour certains, peut-être), sert le récit qui porte, plus que tout, sur le temps qui passe, qui étiole, qui sépare. On ressent, à travers les planches de Seth, une langueur d’un passé aux artères commerciales achalandées et cacophoniques, aux cantines bondées de journaliers honnêtes et pressés, aux affiches publicitaires insolites et omniprésentes. 

L’œuvre frappe par sa mélancolie touchante et humaine au caractère très nord-américain. Canadien, même. « Le Canada […], a été construit pour préserver le passé, un passé qui est arrivé ailleurs » écrivait Leonard Cohen. L’affaire est aussi vraie pour Clyde Fans; le talent de Seth à représenter une devanture de magasin avec autant d’humanité qu’un portrait de famille sert bien le propos tout en subtilité et en douceur qu’est la fin d’une entreprise, ou d’une vie.

Eileen Gray : Une maison sous le soleil

De Charlotte Malterre-Barthes et Zosia Dzierzawska, publiée chez Dargaud

Une bande dessinée qui s’ouvre comme une vengeance, sur la mort de Le Corbusier, devant la villa E-1027, sur la Côte d’Azur. La maison blanche est l’oeuvre d’Eileen Gray, et c’est son histoire que raconte cette bande dessinée, réhabilitant son importance dans un monde artistique et architectural dominé par les hommes. Nous promenant dans le temps, les chapitres aux couleurs surannées de vieille photo, nous éclairent sur la vie d’Eileen Gray, passée d’une Irlande du 19e siècle que l’on imagine pluvieuse et sévère à la folie parisienne, puis à l’éclatant et brûlant soleil de la Méditerranée. C’est d’ailleurs lui qui éclaire de ses rayons rouges la très belle couverture, illustrant une Eileen posée sur le toit de son oeuvre principale.

La douceur des traits et des couleurs de Zosia Dzierzawska ne font souvent qu’effleurer ce personnage un peu mystérieux, comme si elle ne voulait pas trop en dévoiler. On sent dans le  scénario bien documenté de Charlotte Malterre-Barthes, architecte, urbaniste et chercheuse, une tendresse, mais aussi une retenue envers Eileen Gray, artiste et architecte improvisée, respectant ainsi son intimité. C’est avec une bande dessinée à l’apparence trompeusement discrète que les deux autrices nous révèlent l’importance d’Eileen Gray, douée, têtue et surtout fièrement fidèle à ses convictions.

Géante

De Jean-Christophe Deveny et Nuriat Tamarìt, publiée chez Delcourt

Céleste est une enfant hors norme tout droit tombée du ciel. Géante de nature, elle l’est aussi de cœur. Recueillie par une famille de paysans, Céleste rêve de voir le monde et c’est avec envie qu’elle voit ses frères quitter la ferme familiale les uns après les autres. Elle se laisse entraîner au-delà des collines et commence alors une quête merveilleuse. À la recherche de ses origines, c’est surtout sa soif de connaissances qui va la guider vers l’ailleurs, vers l’autre. Elle se nourrit des rencontres de passage; ses sœurs sorcières vont lui révéler les secrets de la nature et lui donner la confiance nécessaire pour affronter les hommes de ce monde.

Ce conte féministe aux couleurs chatoyantes nous fait vivre une épopée extraordinaire où la joie, la colère, la tendresse et la souffrance se mêlent. Céleste revendique sa liberté de femme, et de toute sa hauteur elle domine le monde avec ses compagnes et compagnons de route. À travers les expériences que fait notre héroïne, on y parle de choses réelles : le patriarcat, l’amour, la sororité, le doute; Céleste est notre complice et elle nous ouvre les portes du savoir. Que l’on soit un enfant, un prince, un·e artiste, une sœur, le monde est chamboulé par le passage de Céleste. Véritable ravissement pour les yeux et pour l’âme, cette bande dessinée est un petit miracle.

Hors-saison

De James Sturm, publiée chez Delcourt

Dans un récit intimiste au rythme mélancolique, James Sturm raconte dans Hors-saison l’histoire de fractures multiples. D’abord, à l’échelle nationale, c’est l’Amérique qui se déchire pendant les élections de 2016 et qui installe partout au pays une atmosphère lourde et sans espoir. Pour le protagoniste Mark, c’est une fracture beaucoup plus personnelle : son long et pénible divorce dans lequel s’accumulent les disputes et les lettres d’avocats ainsi que les problèmes financiers entourant son travail. 

Dans un dessin sobre aux lavis gris, Sturm construit une histoire simple et triste très habilement construite. Grâce à d’ingénieuses ellipses et une narration en fragments, le récit se déplie tout au long de la lecture et dévoile doucement toutes ses facettes au lecteur. On y explore les répercussions du politique sur les gens ordinaires, les conséquences qu’une profonde perte de repères dans la vie d’une famille. L’économie de moyen dans la narration et le dessin créent une œuvre dépouillée et bouleversante : une douce et amère tragédie de la vie quotidienne.

L’Accident de chasse

De David L. Carlson et Landis Blair, publiée chez Sonatine

Premier livre de l’auteur David L. Carlson, l’Accident de chasse suit le parcours de Charlie Rizzo, contraint de partir vivre avec son père Matt suite au décès de sa mère. Une altercation entre Charlie et la police pousse Matt à révéler à son fils une partie gardée secrète de sa propre jeunesse : la véritable cause de sa cécité, auparavant mise sur le compte d’un accident de chasse. S’en suit le récit de l’incarcération de Matt et de sa relation avec la mafia de Chicago des années 1930, mais surtout de sa relation avec son codétenu Leopold, qui lui fait découvrir le pouvoir symbolique de l’art, de la philosophie et de la littérature.

Ancré sur des faits réels (Leopold étant en réalité Nathan F. Leopold Jr, meurtrier connu aux États-Unis pour l’affaire Leopold & Loeb), ce roman graphique livre un double récit de rédemption portant sur les difficultés de la vie carcérale et celles de la relation entre père et fils. L’illustrateur Landis Blair y fait dialoguer brillamment les différents niveaux de symbolisme de l’Enfer de Dante avec ceux de la prison en panoptique du récit, employant des traits hachurés et un souci du détail qui rappellent l’univers sombre d’Edward Gorey. Une expérience littéraire unique à ne pas manquer cette année.

Peau d’homme

De Hubert et Zanzim, publiée chez Glénat

Italie, Renaissance. Bianca est promise à Giovanni. Un bel arrangement qui réjouit ses parents, mais qui convient un peu moins à la jeune fille, fort marrie de devoir épouser un homme qu’elle ne connaît point du tout. Sa tante lui révèle alors un secret : les femmes de sa famille possèdent une peau d’homme magique, qu’elles se transmettent de génération en génération. Il suffit de l’enfiler comme un vêtement pour changer de sexe! Bianca s’en revêt et part explorer sa cité sous les traits de Lorenzo, son alter ego masculin. De fil en aiguille, se noue entre Lorenzo et Giovanni une histoire de cœur et de sexe. Si au départ cette aventure lui plait, Bianca se désole bien vite de voir son mari amoureux d’un autre… même si cet autre, c’est elle! Se transformer en Lorenzo a d’autres conséquences, car devenant homme à l’occasion elle peut constater crûment quelles libertés supplémentaires elle acquiert en changeant de genre. En revêtant sa peau d’homme, Bianca trouve le courage de parler haut et fort de ce qui la choque. Alors qu’elle est sage et douce, Lorenzo est impétueux et téméraire, se faisant le porte-parole des marginaux et des laissés pour contre, combattant la pudibonderie et les contraintes imposées par les fanatiques religieux qui ont pris l’ascendant sur la ville. Bianca devra trouver un équilibre et apprendre à assumer la femme qu’elle veut être.

Avec Peau d’homme, on explore ce fantasme bien répandu : changer de sexe pour un court moment. Sous le prétexte d’un conte merveilleux et espiègle, Hubert aborde plusieurs thèmes intemporels que sont les relations amoureuses, les mœurs et la quête de soi, mais aussi d’autres particulièrement d’actualité telles l’identité de genre et l’égalité entre femmes et hommes. Un récit fort pertinent, donc, en ce début de décennie! Zanzim nous offre des planches de toute beauté, certaines rappelant des vitraux d’époque. Un récit irrévérencieux, foisonnant, peuplé d’une galerie de personnages archétypaux, qui donne autant à réfléchir qu’il peut faire rigoler et même pleurer. Magnum opus d’Hubert qui nous donne une dernière œuvre forte qui se savoure d’une traite.

Pucelle 01 : Débutante

De Florence Dupré la Tour, publiée chez Dargaud

Ne vous fiez pas à sa couverture toute de rose, pastel, choux et fleurs. Ce que vient nous raconter Florence Dupré la Tour dans le tome 1 de Pucelle, Débutante, est la découverte chaotique et un brin énervée de son propre corps humain, celui d’une petite, puis d’une jeune fille, révoltée contre tout, et en premier lieu sa famille. L’autrice poursuit son travail autobiographique, sans complaisance graphique ni scénaristique : parents à têtes d’animaux, et aux comportements dénués de la plupart des sentiments humains que sont l’amour, le respect, la tendresse ou l’entraide, frères, soeur et cousins guère plus attirants.

L’autrice voue un grand amour à la nature et aux lieux qu’elle habite enfant, ainsi qu’à sa soeur jumelle, Bénédicte, présentée comme un ange alors que Florence tient plutôt du démon. Les colères de cette dernière sont d’ailleurs graphiquement impressionnantes. On sent la rage de la dessinatrice en action, raturant un visage à la bouche déformée de traits noirs et nerveux. 

Vernon Subutex T.1

De Virginie Despentes et Luz, publiée chez Albin Michel

Vernon Subutex, antihéros et ancien disquaire, est expulsé de son appartement à la mort de Alex Bleach, étoile du rock, qui lui payait son loyer. Il glisse peu à peu dans la précarité, passant des canapés d’anciennes connaissances à la rue. Fini le rock, la vie de disquaire, la fête. 

Vernon Subutex, c’est l’histoire d’un homme en déchéance totale, en roue libre, qui gravite dans le Paris des années 2000. Virginie Despentes décortique notre société et nous jette à la figure une galerie d’âmes fissurées par la vie, et ses mots sont captés très justement par l’illustration énervée et incisive de Luz. Il réussit le pari de capter l’essence de Vernon dans une explosion de couleurs. La musique, le rock, la drogue, on en prend plein les yeux de cette vie à cent milles à l’heure qui transperce les pages. On savoure le dessin rageur, parfois tremblant, incroyablement énergique et perspicace. 

Cette nouvelle version du succès majeur de la littérature française offre un regard nouveau sur cette histoire, et le plaisir qu’ils ont eu tous deux à créer ce premier volume est palpable et communicatif. Vernon Subutex nous offre la plus belle définition de ce qu’est une adaptation réussie. La rencontre entre deux âmes, deux arts, deux facettes de la même histoire, qui en sort sublimée. C’est rock, poétique, beau, enivrant, et ça parvient à marier la bande dessinée, la musique et la littérature en une seule œuvre bouillonnante.


Retrouvez les textes des autres 22e prix Bédélys :


Calendrier BD

Dimanche
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
29
30
31
1
1
  • 18:00Lancement #2 – Montréal | BD Mégantic, un train dans la nuit
    Librairie Le port de tête
    262 Ave Mont-Royal E, Montreal, QC H2T 1P5
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
1
  • 12:00Expozine Extra / Grande 2021
12
1
  • 12:00Expozine Extra / Grande 2021
13
14
15
16
1
  • 18:00[EN] Virtual Graphic Novel Launch: HELEM by Stanley Wany
17
1
  • 18:00Lancement – MA VIE EN LO-FI – Simon Labelle
    Librairie Planète BD
    4077 Rue St Denis, Montreal, QC H2W 2M7
18
19
Date courante
20
21
22
23
24
25
1
  • 10:00Rencontre avec Olivier Hamel et Olivier Carpentier à la Librairie de Verdun
    La Librairie de Verdun
    4750 rue wellington Montréal, QC H4G 1X3
26
1
  • 14:00Festival BD de Montréal s’invite aux Journées de la culture
    Code & Café
    4304 Saint Denis St, Montreal, Quebec H2J 2K8
27
28
1
  • 13:00[EN] At Home with Theo Ellsworth
29
1
  • 19:00Club de lecture FBDM // Western
    La Livrerie
    1376 Ontario St E, Montreal, Quebec H2L 1S1
30
1
2

Infolettre